Pour terminer cette série d’articles sur la construction des mains courantes sur rampe en fer voici un descriptif des dernières opérations de la fabrication.

Dans le dernier article, nous avons vu comment ajuster la forme sur la rampe en fer et comment plaquer la forme avec des placages noyer pour donner la forme carrée, brute de la main courante, prête à être moulurer.

Voici les liens vers le premier et deuxième article:

Mains Courantes sur Rampes Métalliques : 1ère partie

Comment construire une Main Courante débillardée sur rampe métallique : deuxième partie

Dans cet article, j’aimerais montrer les étapes suivantes, l’assemblage des pièces et la mouluration.

Une fois les parties débillardées préparées, il est nécessaire de fabriquer les parties droites et courbes. Ces pièces sont fabriquées avec une légère surcote de 1-2 mm pour pouvoir les affleurer avec les parties débillardées, une fois les assemblages taillés.

Quand l’ensemble de la rampe en sections carrées est prêt, il est nécessaire de retourner sur site pour ajuster les assemblages entre les sections courbes et droites.

Les sections débillardées sont maintenues sur la rampe en fer par des serre-joints et les coupes d’assemblages sont tracées et coupées.

Voici un ensemble de photos de la rampe une fois assemblée :

Au retour à l’atelier, je renforce les coupes d’assemblage avec un faux tenon et des vis à tire. Cet assemblage permet de maintenir l’alignement des mains courantes tout en « tirant » ensemble pour avoir un joint impeccable.

Voici une vidéo où je montre rapidement le fonctionnement de cet assemblage:

Assemblage des mains courantes débillardées

Une fois assemblées et affleurées, les mains courantes sont moulurées avec une toupie portative.

La toupie portative est très pratique pour moulurer ces formes car elle ne permet pas simplement de suivre la forme mais aussi d’attaquer sans danger en plein bois et de moduler à la volée la profondeur de passe.

Ceci permet de faire un travail par passes successives en reculant (pour éviter l’arrachement des contre fibres).
Voici quelques photos pour illustrer ces opérations:

Une fois la main courante terminée, elle est teintée et patinée pour donner un aspect ancien puis vernis et ciré.

Voici quelques photos de la main courante finie et posée.

Notez que la maison est une maison neuve entièrement construite par son propriétaire dans le style du début 20ème. Impressionnant!

Comme toujours n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions et laissez un commentaire pour me dire ce que vous en pensez.

    5 replies to "Comment Construire une Main Courant sur Rampe Métallique : troisième partie"

    • Emmanuel Péluchon

      Belles réalisations, belles techniques, simples et efficaces. Merci de partager ton savoir avec d’autres ! Emmanuel Péluchon

    • Michel

      Très très beau travail, merci beaucoup pour toutes ses techniques partagées. Michel

    • Matthieu

      Bonjour,
      Très beau travail !!!
      Merci beaucoup de partager vos secrets de fabrication avec nous.
      ça me donne très envie de continuer à approfondir mes connaissances en menuiserie.
      Encore bravo.
      Matthieu

    • J O'Scanlan

      c’est le principe de la queue d’aronde avec une mortaise en queue d’aronde biaise, mais c’est plus compliqué à faire et le coeur en carrés collés au polyuréthane ne tiendrait peut-être pas
      en tout cas, merci de partager tout ça, c’est très intéressant

      • admin

        Bonjour,
        On pourrait faire une assemblage à queue d’aronde mais le fil des bois sera dans le mauvais sens.
        Cordialement,
        Ness

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.